Make your own free website on Tripod.com
LITTERATURE THÉÂTRE
Home
Consultez les activités passées
Activités à venir
Communiqués
Articles
PRÉSENTATION
ACTIVITES
ACTUALITES
LITTERATURE THÉÂTRE
MUSIQUE
CINEMA
ENSEIGNEMENT
CONTACT
ADHÉSION
SUGGESTIONS
Amazigh Montréal

ASSOCIATION AMAZIGHE DE MONTRÉAL TIRRUGZA ALGÉRIE

prophetes.jpg

Slimane Benaïssa : lintelligence du Menacé

 

«Nos mères nous poussent à être les meilleurs et pour quoi pas prophètes ?»

 

PROPHÈTES SANS DIEU

Moïse convoque Jésus et Mahomet afin de disserter sur les malheurs des communautés religieuses. Pourquoi leurs descendants ne cessent de se faire la guerre? Ne sont-ils pas tous petit-fils dAbraham? Mais Mahomet tarde à se présenter. Ce qui est, après tout, tout à fait normal : le Coran interdit toute représentation humaine et laction se déroule sur une scène de théâtre. Moïse et Jésus, après sêtre joyeusement querellés vont alors prendre à part lauteur de la pièce, Slimane BENAÏSSA lui-même, déchiré entre sa fascination pour son prophète et linterdit de le représenter.Encensée par les quotidiens français, louée lors de sa présentation au Festival dAvignon, la pièce de lauteur algérien Slimane BENAÏSSA frappe par sa façon de traiter avec humour de grandes questions religieuses.Le texte est publié aux Éditions Lansman, 1999.

 

Présenté en octobre 1998 au Théâtre International de langue française et repris en tournée dans une quarantaine de villes françaises, belges et suisses, ce texte jubilatoire traite des questions religieuses avec autant dhumour que de pertinence. En cette époque dinterrogations sur la coexistence des peuples issus des cultures juives, chrétiennes et musulmanes, Slimane Benaïssa vient judicieusement nous rappeler quils sont tous trois fils dAbraham et quils prêchent le même Dieu. On y voit Moïse et Jésus se quereller joyeusement et prendre à partie lauteur de la pièce, Slimane Benaïssa lui-même. La question du théâtre est ainsi, elle aussi posée. Cest un spectacle dont on sort en se sentant plus léger, plus intelligent, plus tolérant.

 

 

PROPHÈTES SANS DIEU À Montréal,

Par Djamila Addar

 

«La scène est le seul pays qui me reste parce qu'elle m'a permis de renaître en dehors de mon pays»

 

Prophète sans Dieu est une pièce théâtrale audacieuse et de haute facture. Écrite par le dramaturge algérien et auteur de Babour Ghraq, Slimane Benaïssa, Cette uvre a été jouée plus de 300 fois en Europe et a été en tournée pendant trois semaines au Québec en ces mois davril et mai 2003 grâce au Théâtre Périscope. Crée en 1985 au Québec, le Théâtre Périscope se spécialise dans la diffusion du théâtre de création et du théâtre de répertoire contemporain. Les oeuvres programmées par Périscope s'inscrivent désormais dans la liste des classiques de demain. Invité par, le  Périscope,  Slimane Benaïssa et son équipe ont été à la hauteur de la réputation légendaire de l'un des géants du théâtre algérien. Une autre tournée est déjà programmée pour l'automne 2003 ! À ne pas rater !

 

La religion est lopium des peuples écrivait Karl Marx dans son livre-testament le Capital. Certains voient dans les religions une forme de salut ou refuse pendant que dautres sen détachent sans trop chercher à comprendre la portée voire la mainmise du spirituel sur le commun des mortels. Bref, les religions sont là parmi les humains. Ils cohabitent sans vraiment se connaître ou se dire de temps en temps certaines vérités. Ces dernières  années en effet, lintégrisme islamique aveugle ne cesse de faire des ravages et de semer la terreur à travers le monde au nom de Dieu. Depuis la nuit des temps, le rationnel est en perpétuel conflit avec le religieux. Ce dernier sévit, menace et combat toute forme de remise en cause. La fin du vingtième siècle et ce début du troisième millénaire témoignent on ne peut plus clair de ce retour fracassant de lintégrisme assassin et de ces guéguerres souterraines que se font les descendants de  ces trois religions monothéistes .

 

Slimane Benaïssa, dramaturge algérien connu et reconnu pour ses talents et ses engagements a pris du recul avant de traiter de cette question épineuse : la religion et ses interdits. Le théâtre et la question de la représentation.  Sa pièce Prophètes sans Dieu a fait parler les prophètes. Mieux que cela, lauteur interpelle lesprit critique, décomplexe lhumain et ose démystifier l'image des envoyés de Dieu.

 

Prophètes sans Dieu est habillée par des chants de lépoque où les trois religions monothéistes ( le judaïsme, le christianisme et lIslam)  coexistaient comme ce fut le cas  en Andalousie du 12ème siècle notamment. Ces chants qui sont interprétés par Emmanuelle Drouet,  accompagnée par le violon de Rachid Brahim-Djelloul ( berceuse, chant dAbraham, pèlerinage à Jérusalem et chant de prison) sont en latin et en judéo-espagnol.  La berceuse par exemple annonce, en sens, lentrée de lenfant et, en scène, lentrée des trois comédiens qui ont occupé la scène pendant plus dune heure et demi. Slimane Benaïssa dans le rôle de lauteur interpelle  les prophètes Moïse et  Jésus. Ces derniers racontent leurs expériences respectives avec Dieu et les humains tout comme ils se sont expliqués sur certains détails ou nuances relatives à leurs messages ou leurs naissances. Mais, le point fort de la pièce fût cette longue attente de larrivée du prophète musulman Mohamed. Ce dernier a manqué au Rendez-vous. Pour quoi ? Moïse et Jésus sénervent et sen prennent à lauteur de la pièce en loccurrence Benaïssa qui na pas représenté Mohamed. Ils lui suggèrent alors dincarner lui-même  personnage du prophète musulman. Lauteur refuse mais exprime sa disponibilité à répondre à toutes les questions relatives à lIslam dans la mesure de ses connaissances mais pas au nom du prophète arabe. Tout dun coup, le public quitte le monde spirituel des prophètes pour être embarqué dans un autre débat, celui du théâtre, de la scène où tout est permis loin de toute censure ou autocensure : «La scène est le seul pays qui e reste parce quelle ma permis de renaître en dehors de mon pays».  Les représentations dans plusieurs  villes du Québec ont eu un succès foudroyant que ce soit auprès des Québécois ou des Nord-africains, les Algériens notamment.

M. Benaïssa que nous avions rencontré maintes fois lors de son passage à Montréal, nous  a bien accordé cet entretien pour notre émission Amazigh Montréal. Il sest exprimé sur son théâtre, ses romans,  lislamisme et la question de la berbérité de lAlgérie : « Le problème de la berberité en Algérie est un problème identitaire  et dhistoricité (). Nous sommes le seul pays au monde où la langue maternelle nest pas officielle». Bonne écoute !

 

Pour plus dinformation, consultez le site de lauteur : http://www.slimanebenaissa.com/

 

Djamila Addar,

Amazigh Montréal : 16.10AM/ www.cpam-radiounion.com/

Samedi de  20H à 22H

Nouvelles publications
 
 
 

Défense et illustration de la langue berbèreAhudu ahunu ftmazight

 Aucune langue nest plus belle quune autre. La pérennité de celle-ci ou dune autre serait due à lattachement que nous pouvons lui apporter continuellement.

La principale question que se pose le linguiste, Mohand Akli Haddadou, parmi tant dautres, serait : pour quelle ( s ) raison ( s ) la langue berbère serait-elle une langue nationale et officielle ?

Ainsi, dans son livre Défense et illustration de la langue berbère, où il répond à plusieurs interrogations, il nous apporte un riche plaidoyer à la façon, pour reprendre la note de léditeur, des auteurs de la pléiade qui nous ont offert Défense et illustration de la langue française.  Est-il possible que des langues que nous connaissons aujourdhui, comme la langue française, aient pu être un jour en danger dextinction ou de disparition et que, ce jour, il nous soit possible de réhabiliter la langue de nos ancêtres, tamazight, et de vivre dans le quotidien de celle-ci ?

Lauteur nous rappelle à quel point aucune langue nest plus belle quune autre, la pérennité de celle-ci ou dune autre serait due à lattachement que nous pouvons lui apporter continuellement. Voilà la seule condition à remplir, au-delà des lois et des politiques, qui nauront dautre choix que de suivre le courant de la vague.

Lauteur nhésite pas à revenir sur les concepts génériques de langue, de dialectes ou demprunts à dautres langues, sujets qui auront été dans le passé à la base dune polémique insensée et sans fondements. Voilà pourquoi lauteur sattarde à les expliquer dans une langue simple et accessible à tout lectorat comme une sorte dexutoire pour avancer vers quelque chose de plus essentielle.

Un des points culminants de la première partie de ce petit livre reste le système décriture de la langue berbère où il nous est présentée lévolution, tout au long des siècles, à partir du système ibérique passant par le tifinagh jusquaux derniers travaux de Mouloud Mammeri et de ceux qui ont suivi. Il nous est dailleurs offert une belle transcription berbère, Lazib nikkis, qui apparaît être la plus ancienne preuve décriture en Berbérie, et qui a été retrouvée dans le Haut Atlas marocain qui date aux alentours de 800 avant J-C.

Dans une seconde partie Apports des Berbères à la civilisation universelle il essaye de démontrer à ceux-là qui ne lauraient pas encore compris ou qui auraient décidé de ne pas désignorer que la culture berbère a été et restera celle qui a apporté et échangé avec dautres civilisations de lespace méditerranéen surtout mais également à léchelle universelle, Haddadou nous parle de sciences, dart et de littérature...Souhaitons quil y en ait beaucoup comme le père du Guide de la culture berbère pour nous rappeler à lordre et ce que nous devrions être.